Arkheia, revue d'histoire

Philippe Lamour, l’homme aux multiples visages

Par Hélène Chaubin
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°21
Auteur : agrégée d’histoire, correspondante dans l’Hérault de l’IHTP.
Page précédente


(...) effets de la sécheresse dans une région si proche des eaux abondantes du Rhône. Le ravitaillement est le premier souci de l’époque. Il impute les pénuries aux archaïsmes auxquels on pourrait remédier par la planification, le remembrement (il approuve la loi de 1941 ), et une autre conception de la Corporation paysanne. Bref, il reste dans la ligne de Plans. Lamour a quarante ans quand les circonstances ouvrent un champ d’action à sa mesure. En octobre 1944, il rejoint à Montpellier Jacques Bounin, nommé commissaire de la République. Depuis 1942, il est installé avec sa famille dans une propriété agricole du Gard, le Mas Saint - Louis. Il cultive la vigne. Jacques Bounin l’a-t-il sollicité ? Dans le livre qu’il a signé en 1974, Beaucoup d’imprudences 3, il raconte qu’à sa prise de fonctions, « les visiteurs affluent [ … ] Ils viennent renifler les places vacantes ». Il ne dit pas dans quelles circonstances a été établi le contact avec Philippe Lamour qu’il mentionne ensuite à trois reprises avec bienveillance et même amitié car Lamour n’était pas un médiocre motivé par des intérêts personnels. Jacques Bounin était un résistant. Ce n’était pas le cas de Philippe Lamour mais il est probable qu’il a convaincu par des qualités manifestes : énergie, goût de l’action, intelligence, don du verbe. Il est chargé en octobre de constituer un Comité départemental agricole conformément à l’ordonnance d’octobre 1944 du ministre de l’Agriculture François Tanguy-Prigent. Trois mois plus tard, il préside à Montpellier une fédération des vins de qualité de la région Languedoc-Roussillon créée à son initiative. Quand Philippe Lamour s’intéresse à un projet, il prend les rênes. Toute sa vie, il multiplie les présidences. Tel est donc le début de ce qui apparaît comme une nouvelle vie car il n’avait pas pu jusque là travailler sur le terrain et les premières décennies de son existence avaient été surtout un temps de réflexion, de maturation, dans la période troublée de l’entre-deux-guerres et de la guerre où foisonnaient les modèles, les meilleurs et les pires.

Notes 1. Maréchal Pétain, La France nouvelle. Appels et messages 17 juin 1940 - 17 juin 1941, livre édité sous la haute autorité et le contrôle personnel de monsieur le Maréchal Pétain, chef de l’État, septembre 1941, 175 p. 2. Hélène Chaubin, « Les départements affamés : l’Hérault », in Cahiers de l’IHTP, Le temps des restrictions en France, n° 32 - 33, mai 1996, pp. 171 - 195. 3. Jacques Bounin, Beaucoup d’imprudences, éditions Stock, 1974, 255p.

POUR LIRE LA SUITE DE CETTE CONTRIBUTION, vous pouvez commander ce numéro ou vous abonnez à la revue dans la rubrique kiosque. 

Page précédente



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Les Tondues de 1944
Les nouvelles affaires criminelles (...) Sylvain Larue, Les nouvelles affaires criminelles de France, Ed. de Borée, 2009, 447 pages, 28 €. et Eric Alary, Les grandes affaires criminelles en France, Gestes éditions, réédition 2009, 377 (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia