Arkheia, revue d'histoire

Pessac : ces quatre fusillés dont on ne parle pas

Par Jacky Tronel
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°22
Auteur : est attaché de recherche à la Fondation Maison des sciences de l’homme (Paris), coordinateur de rédaction de la revue d’histoire Arkheia.

(...) Weil Otto (29 ans, espionnage). Par décision présidentielle du 18 juin 1940, Maurice Lebeau, condamné à mort pour « complicité de destruction ou détérioration volontaire d’appareils de navigation aérienne ou toute installation susceptible d’être employée pour la Défense Nationale », voit sa peine commuée en travaux forcés à perpétuité. Le 23 juin, il est transféré à la prison du Fort du Hâ.

Dans une note de service du 21 juin 1940 , le commandant d’armes de la place de Bordeaux indique la procédure à suivre concernant l’exécution de Jean Amourette (sic), Léon Lebeau, Marcel Rambaud et son frère Roger, qui doit avoir lieu le lendemain, à 4 heures 30 du matin, sur le champ de tir de Verthamon (commune de Pessac). Le 181e régiment régional est chargé de la besogne. Le peloton d’exécution se compose de 24 hommes (12 sergents et 12 caporaux), d’un adjudant et d’un sous-officier armé du révolver chargé du coup de grâce. La note précise : « Assisteront au réveil des condamnés à 3 heures 45 le major de garnison ou son représentant, le commissaire du gouvernement, un juge d’instruction et un greffier désignés par le commissaire du gouvernement, un juge militaire désigné par l’état-major, l’officier comptable de la prison, un médecin désigné par le médecin-chef de la place, l’aumônier du culte catholique de l’hôpital Robert Picqué et un défenseur désigné par le bâtonnier de l’ordre des avocats à la cour de Bordeaux. Les condamnés seront ensuite transportés sur le lieu de l’exécution dans la voiture cellulaire de la place et escortés par huit gendarmes qui devront être rendus à la prison militaire à 3 heures 45. Le service d’ordre sera assuré par un demi peloton de gardes mobiles qui devra être pour 3 heures 45 au stand de Verthamon. »

Notes  (...)


Réagir à cet article 1 Message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Une grève peu ordinaire : Decazeville 1961- 1962
L’historien Philippe Marcy revient sur une histoire qui a marqué les mémoires, la grève des mineurs de Decazeville en 1961-1962. Le bassin Houiller aveyronnais a 35 000 habitants environ. La mine employait 5 200 salariés en 1945, elle en compte 2 000 en 1962.
Claude Campanini : itinéraire d’un (...) Né le 16 mars 1925 à Parme (Italie), je suis ce qu’il est convenu d’appeler, malgré ma naissance en Italie, un émigré de la deuxième génération. Je n’ai aucune souvenance de mon pays d’origine, puisque (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia