Arkheia, revue d'histoire

Paul Loubradou, communiste rebelle

Par Guillaume Bourgeois
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia 20
Auteur : Guillaume Bourgeois est maître de conférences à l’université de Poitiers.

Page suivante

Le député bergeracquois Paul Loubradou fut-il une personnalité politique atypique ? Sans doute , chacun essayant de l’être à sa manière. Grande figure à la destinée singulière et tragique , il fut surtout un artiste, un homme d’action et un croyant.

Paul Loubradou est né le 8 octobre 1883, à Cahors, 4 rue Hébrard, au bord du Lot, tout près du pont Valentré. Originaire de Fontanes, village situé un peu plus au sud, Jean-Pierre Loubradou avait épousé en 1865 Clémentine Bach. Le couple eut sept enfants dont plusieurs n’avaient pas survécu ; Paul fut donc élevé comme le plus jeune. D’abord cultivateur, Jean-Pierre était devenu gendarme en 1861, à l’issue d’une carrière militaire glorieuse – blessé sous Sébastopol en 1855, il avait été nommé grenadier puis gendarme au sein de la garde impériale. La légende familiale veut qu’il ait assuré l’exercice du petit prince (avec un fusil en bois) dans les Jardins des Tuileries. Parvenu à la retraite, il s’installa à Cahors puis au Bugue où il fut chargé de la surveillance des chantiers ferroviaires avant de devenir appariteur à l’abattoir. Proche du confluent de la Vézère et de la Dordogne, la petite localité devint dès lors le berceau familial [1]. De la jeunesse de Paul, on sait peu de choses. Son père demanda son admission en qualité d’enfant de troupe, signe qu’on avait décelé chez lui des moyens intellectuels, lesquels accompagnèrent une belle taille (il atteindra 1,78 m) ; ses papiers le décrivent comme ayant les cheveux châtains, le menton rond, un visage ovale et des yeux gris.  (...)


Page suivante


| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Pierre Lefranc avait ses attaches en Corrèze
Pierre Lefranc est mort. L’un des barons du gaullisme s’est éteint le 7 janvier 2012. L’occasion pour Arkheia d’exhumer de ses archives l’entretien qu’il nous avait accordé dans notre numéro 7-8-9 dédié au gaullisme et à l’antigaullisme dans le Sud-Ouest. (n°7-8-9). Notre correspondant en Corrèze Gilbert Beaubatie nous rappelle également que l’ancien résistant gaulliste avait ses attaches dans le Sud-Ouest, plus particiulièrement à Brive.
Les Caprices du Temps
Le temps des Croix-de-Feu Fondée en 1927, les Croix-de-Feu, participent à un vaste mouvement antiparlementaire qui culmine lors de l’émeute du 6 février 1934. Pour la gauche, les troupes du colonel La Rocque représentent (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia