Arkheia, revue d'histoire

Marcel Gitton : La troublante confession de son chauffeur

Par Guillaume Bourgeois
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°22

Page suivante

Le 15 mai 1941, Jeanne Dessart 2 est arrêtée à Paris, porte de Saint-Cloud, à la suite d’un coup de filet qui frappe le coeur du service des cadres du PCF. Les policiers des Brigades spéciales anticommunistes mettent la main sur des fiches biographiques ainsi que sur des enquêtes strictement internes au parti clandestin, son organe d’autosurveillance. La plus étonnante concerne Gitton, n° 3 du parti jusqu’en novembre 1939, dont les communistes disent maintenant qu’il était un agent infiltré par la police.

Marcel Gitton, un indicateur au Bureau politique ? L’ennemi aurait-il pu pénétrer si profondément un organisme aussi bien défendu ? Ne s’agit-il pas plutôt d’une fable construite après que Gitton rompit avec le communisme, dans le contexte particulier de l’entrée en guerre et après la dissolution du parti communiste ? Un document trouvé parmi ceux qui furent saisis à la mi-mai 1941 permet enfin de trancher. L’auteur de cette étonnante confession n’est autre que Gaston Leroux, patronyme qui ne s’invente pas ! Fils de Gaston Leroux père, secrétaire de la section communiste d’Ivry-sur-Seine et proposé par le conseil municipal comme délégué sénatorial, Gaston Leroux fils fait partie des éléments de confiance de l’appareil en tant que chauffeur/garde du corps. Si l’homme est un peu fruste, il est pour le moins lucide 3. On suit à travers son regard le passage graduel du groupe dirigeant dans l’illégalité, et notamment de Jacques Duclos, Benoît Frachon et Arthur Ramette, qui se cachent avant de s’évaporer. Maurice Thorez, le secrétaire général du PCF passe, quant à lui, la frontière belge au début du mois d’octobre 1939 : « Après avoir conduit Gitton à Épinal où il rejoignait le 223e régiment d’infanterie, je suis revenu à Paris où j’ai pris la Camarade Mauvais [femme de Léon Mauvais, membre du Bureau politique] et ses enfants pour les conduire dans les Côtes-du- Nord. A mon retour, j’ai été désigné pour conduire les camarades Duclos, Frachon et Ramette et je dois ajouter que j’ai moi-même hébergé ce dernier camarade une nuit ! Après le départ de ces trois camarades, j’ai conduit le camarade Bonte jusqu’au moment où le Parti fut mis dans l’illégalité. Étant obligé de trouver un autre emploi, j’ai trouvé une place dans un garage Citroën, rue Frémicourt, dans le XVe arrondissement. Dans l’intervalle, je m’étais occupé de louer un pavillon à Ézanville, ma résidence [aujourd’hui située dans le Val-d’Oise, Ézanville se trouve au nord-ouest d’Écouen], pour la famille Gitton. Ce pavillon avait été loué par une amie de ma belle-mère qui savait l’origine des nouveaux locataires. J’ai donc ramené Mme Gitton qui demeurait chez la camarade Duclos 4. Sa mère et ses deux fils étaient à Étréchy (Seine-et-Oise), chez leur oncle : j’ai ramené tout ce monde à Ézanville, 14 rue des Écoles, leur nouveau (...)


Page suivante

Réagir à cet article 1 Message
  • Gitton, comme beaucoup de communistes de l’entre-deux-guerres, passa du PCF à la collaboration ou au fascisme. N’oublions pas que le PPF de Doriot fut crée par d’anciens membres du PPF, dont Doriot, Victor Barthélémy et Henri Barbé. On fut anti-système et on reste, après, anti-système, même si de l’internationalisme prolétarien, on passe au nationalisme fascisant.
    Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
Mai 68 dans la cité de Cohn-Bendit Avec trois jours d’avance sur l’appel à la grève nationale et deux seulement après les premiers heurts du Quartier latin, en ce 10 mai 1968, ce ne sont pas moins de « 3 000 lycéens » montalbanais, (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia