Arkheia, revue d'histoire

Les graffitis de Belleperche

Par Hervé Couton
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Arkheia n°5-6
Auteur : est photographe et vit à Montauban. Ces photographies ont fait l’objet d’une importante rétrospective à l’abbaye cistercienne de Belleperche (Tarn-et-Garonne).

Le mur du vaste escalier d’honneur XVIIIe est enrichi de graffitis dont beaucoup datent du XIXe siècle. L’éclairage latéral en intensifie l’émotion ressentie, donnant l’illusion du relief à ces inscriptions qui semblent sculptées pour l’éternité.

Haut perché, dans une écriture très XIXème, un immense « Vive la Liberté » étonnant de fraîcheur, semble remercier le lieu pour les rencontres qu’il engendra - l’auteur ayant signé un peu plus loin une « gloire aux aman(t)s » réunis.

« J’aime et on m’aime », « aime moi et je t’aimerai », « j’aime Angéla » autant de messages ou cris d’amour qui entourent la signature d’Hubert Lamort datant de 1770 (il serait le graffiti le plus ancien).

Ecritures appliquées, dessins esquissés, au-tres traces du temps qui passe, mêlés à des signatures, sont autant de signes qui offrent une esthétique abstraite baignée de réalisme.

Dans une pièce qui a pu être une chambre à coucher, les murs sont étrangement recou-verts d’un texte à l’écriture contemporaine, rédigé à la mine de plomb et dont de grandes parties sont malheureusement effacées par l’usure du temps.

POUR LIRE LA SUITE DE CETTE CONTRIBUTION, vous pouvez commander ce numéro ou vous abonnez à la revue dans la rubrique kiosque.



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
soutenez la revue Arkheia
L’association Arkheia regroupe un collectif totalement bénévoles qui oeuvre depuis maintenant 10 ans pour collecter des archives, recueillir des témoignages de témoin clé comme d’anonyme pour mettre à jour notre histoire locale, notre patrimoine commun régional. Ce n’est que par la contribution de nos lecteurs et plus particulièrement par leur abonnement que ces recherches et surtout la publication de la revue Arkheia est rendue possible. Alors offrez Arkheia à ceux que vous aimez ! Un ouvrage offert pour chaque abonnement de soutien.
Juin 1940 : la « Prison militaire de (...) Des événements de juin 1940, nous avons tous en mémoire quelques-uns des clichés, stéréotypés. Le repli des prisons constitue l’un des aspects méconnu de l’exode. Au départ du Cherche-Midi et de la Santé (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia