Arkheia, revue d'histoire

A Mers el-Kébir, pourquoi l’Angleterre coule-t-elle la flotte française ?

Par Max Lagarrigue
Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Seconde Guerre mondiale
Auteur : Max Lagarrigue, historien, directeur de la revue Arkheia. Son dernier ouvrage 99 questions... Les Français durant l’Occupation, Montpellier, 2007.

Page suivante

Mers el-Kébir demeure dans l’histoire de France un immense carnage. Près d’Oran, une partie des forces navales est au mouillage. Le 3 juillet 1940, Winston Churchill, craignant que la flotte française, la quatrième du monde, tombe aux mains d’Hitler, lance un ultimatum aux amiraux français. La tension est à son comble, la Royal Navy qui ne peut plus attendre, tire. Mille trois cent quatre-vingts marins français périssent dans cette attaque.

Les malentendus et conflits entre la Grande-Bretagne et la France ne remontent pas à l’année 1940. Un vieux fond anglophobe est ancré dans l’opinion française et il ne demande qu’à resurgir à la première occasion. On peut admettre cependant à la décharge de la France que les forces anglaises ont frappé un grand coup avec l’affaire de Mers el-Kébir.

Les relations entre les deux nations, qui se sont dégradées après Dunkerque, prennent une nouvelle tournure quand Pétain, président du Conseil, propose l’armistice à l’Allemagne. Les accords interalliés prévoyaient, en effet, qu’aucune paix séparée n’était possible sans l’accord de l’une ou l’autre partie. L’armistice est signé le 22 juin. Or, depuis le 16 juin, un télégramme britannique exige que l’armistice ne puisse être conclu qu’« à la seule condition que la flotte française soit immédiatement dirigée sur les ports britanniques en attendant l’ouverture de négociations ». Cet impératif anglais à l’encontre de son allié, est, dans les circonstances de l’armistice, omis.

Pire encore, les autorités d’outre-Manche ne sont pas informées des clauses de l’armistice, et ce n’est qu’une fois celui-ci signé que Ronald Campbell, l’ambassadeur de la Grande-Bretagne en France, prend connaissance de l’article 8 de la convention d’armistice. Ce point oblige la France à désarmer sa flotte et à lui faire regagner ses ports d’attache, ce qui inquiète particulièrement W. Churchill. En effet, les deux tiers des ports d’attache de la marine française sont en zone d’occupation et donc à la merci d’un coup de force de la Wehrmacht. Dans l’état actuel de ses forces, l’Angleterre ne peut prendre le risque de ne pas demeurer la première puissance navale du monde. Le Premier ministre de Sa Majesté estime qu’il ne peut accorder sa confiance ni à la parole donnée par Hitler ni à celle de François Darlan, l’amiral en chef de la flotte française.

Il décide de prendre les devants en neutralisant les forces navales françaises pacifiquement, sinon par la force. L’opération « Catapult » est décidée le 27 juin. Les navires français sur rade en Angleterre sont neutralisés sans conflit ainsi qu’à Alexandrie. Point noir de cette entreprise, les navires mouillés dans le port de Mers el-Kébir, à 6 kilomètres à l’ouest d’Oran (Algérie). L’amiral français Marcel Gensoul reçoit, le 3 juillet, un ultimatum de l’amiral James (...)


Page suivante

Réagir à cet article 2 Messages de forum
  • Churchill a coulé la flotte française par Opération Catapult pour deux raisons essentielles : 1) Asseoir son autorité pas acceptée par tout le monde au Parlement après avoir succédé à Chamberlain. 2) Mais surtout , c’est un message très fort envoyé à un Roosevelt incrédule pour lui montrer que l’Angleterre continuera la guerre, coûte que coûte. En conséquence, qu’il lui envoie une aide indispensable pour la survie de l’Angleterre

    Les Français n’ont servi que de faire-valoir à ce diabolique dessein de Churchill. Tout le reste n’est que littérature et désinformation. Comme cela ne pouvait être dit aux Français, l’habillage en est ’les navires passent aux Allemands’ qui n’avaient aucune visée sur la Marine française, et surtout ne pouvaient s’en emparer à Mers El-Kébir, Dakar ou Casablanca.


    Répondre à ce message
  • Bonjour, merci de participer au maintien du souvenir de ce drame. Je suis le petit fils d’un second Maitre mort sur le cuirassé Bretagne. J’ai fait un blog modeste, où je tente de réunir le maximum de photos et de vidéos sur le sujet. Vous êtes les bienvenus, pour pousuivre la lecture de cet article. http://merselkebir.unblog.fr Nicolas
    Répondre à ce message

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
La légende du bromure durant la Drôle de guerre
Mobilisé sur le front, Albert Lefèvre participe à la rédaction des journaux régimentaires. Destinée à maintenir le moral des troupes, cette presse le fait l’écho de l’utilisation du bromure. Une substance qui permettrait de réduire la virilité des permissionnaires.
Vichy État occitan ?
LDH : les liaisons dangereuses de (...) La commission consacrée au procès est finalement élargie à Albert Bayet et à Maurice Paz. Rien ne semble toutefois aboutir, à lire la lettre de démission de ce dernier : « Je suis arrivé à la conviction (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia