Arkheia, revue d'histoire

14-18 : la Grande Guerre en Tarn-et-Garonne

Retour au sommaire Retour au sommaire
Article publié dans
Première Guerre mondiale

(...) par régiment, ainsi que des états des diplômes destinés aux familles de militaires morts pour le service et la défense du pays, par commune. Entre 1914 et 1921, touchée par les pertes sur les champs de bataille et le déficit de naissances dû à la guerre, dans un contexte de décroissance de la population des campagnes, la population du Tarn-et-Garonne passe de 182537 (recensement 1911) à 159559 habitants. Les cantons de Caylus, Lavit, Caussade, Auvillar, Montpezat, Monclar-de-Quercy et Saint-Antonin sont les plus touchés. Les paysans paient un lourd tribut.

Et les réfugiés ?

De nombreux réfugiés fuient les zones de combat et les régions envahies par les Allemands. En février 1916, 2401 réfugiés : 1580 Français, 821 étrangers (Belges en majorité, Alsaciens-Lorrains...). Un arrêté préfectoral de décembre 1914 précise les mesures de police concernant les réfugiés qui doivent s’inscrire auprès des mairies de leur commune d’accueil. Il mentionne également le montant des allocations versées aux personnes consentant à héberger et nourrir les réfugiés. Une commission de contrôle visite les différents centres de réfugiés du département, et constate que dans l’ensemble « les rapports entre les populations et les réfugiés sont presque partout excellents ; que, dans certains villages même, la présence de ces malheureux a apporté aux cultivateurs un supplément de main-d’œuvre très appréciable

[...] . Qu’il y a lieu d’ajouter à l’honneur des populations du Tarn-et-Garonne, que presque partout les municipalités ont fait assaut de générosité et que particuliers comme pouvoirs établis ont beaucoup donné pour soulager les misères de leurs compatriotes envahis ou expulsés ». Dès septembre 1914, un certain nombre de rapatriements sont autorisés dans les lieux où les réfugiés avaient leur domicile, exceptés le Nord et l’ Est de la France. Les Alsaciens-Lorrains, annexés par l’Allemagne depuis 1871, sont particulièrement surveillés. Considérés comme suspects, ils sont regroupés dans des dépôts surveillés, comme Labastide-Saint-Pierre et Moissac. Ils sont parfois autorisés à les quitter pour aller travailler à l’extérieur. Ils ne peuvent se déplacer que munis de sauf-conduits et pourvus de moyens d’existence. Prisonniers de guerre et internés civils Le Comité départemental de secours aux prisonniers de guerre français, financé par l’ Etat, le Conseil Général et des dons, vient en aide aux prisonniers. D’octobre 1916 à janvier 1917, le Comité secourt 1004 prisonniers dont les familles sont considérées comme nécessiteuses par les maires des communes concernées. Des colis leur sont envoyés (vêtements, chaussures, pain, biscuits, conserves, chocolat, tabac, savon...). Une carte postale est envoyée aux prisonniers pour leur annoncer l’arrivée d’un colis. Les communes également sont invitées par le Préfet à verser une contribution. En 1915, 151 communes (...)



| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Moczarski, entretien avec un bourreau le SS Jürgen Stroop
A lire : l’analyse critique de l’historien Jean-Louis Panné sur l’ouvrage exceptionnel de Kazimierz Moczarski, Entretiens avec le bourreau (Gallimard).
Les Hommes politiques du Sud-Ouest
Summary Word of the editor News update 6, 1936 : the filmed aggression against Léon Blum, by Cédric Gruat 10, Did the French CP want to take control in 1944 ? by Max Lagarrigue 12, (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia