Arkheia, revue d'histoire

Sommaire

Azana 2 / hors série / 2008 / Les intellectuels espagnols dans l’arène politique

Haut de page Retour à l'accueil Découvrez nos autres numéros

Recherche

| 

Edito

 |  Par Max Lagarrigue

| 

L’engagement des intellectuels

 |  Par Jean-Pierre Amalric

| 

Manuel Azaña dans la nouvelle édition de ses oeuvres complètes

 |  Par Santos Julia

| 

Une relation déséquilibrée : La France selon Azaña, Azaña selon la France

 |  Par Bartolomé Bennassar

| 

Julián Besteiro, de l’institution de libre enseignement du socialisme

 |  Par José Martinez Cobo

| 

Pablo de Azcárate : l’apôtre inconnu de la paix

 |  Par Jean-François Berdah

| 

Max Aub et Manuel Azaña, l’écriture au service de la République

 |  Par Gérard Malgat

| 

Manuel Azaña et le bon vouloir de Vichy

 |  Par Guillaume Bourgeois

| 

Le dernier discours du président Manuel Azaña, 18 juillet 1938

 |  Par traduction de Jean-Pierre Amalric
Prononcé à Barcelone, pour le second anniversaire du déclenchement de la guerre civile, ce discours public est le dernier que le président Azaña a eu l’occasion d’adresser à ses compatriotes, ce qui lui donne la valeur d’un testament. La traduction en est faite d’après le texte de l’enregistrement original, retrouvé récemment, et communiqué par le professeur Santos Juliá.

 

| RECHERCHE |
Plan du site
Témoignages, suppléments, courriers et compléments d'articles...

Découvrez les + d'Arkheia,
un ensemble de contenus exclusifs, à consulter en ligne.
Claude Campanini, le témoignage d’un déporté de Buchenwald
Issu d’une famille d’immigrés italiens qui se sont installé dans le Sud-Ouest de la France, Claude Campanini entre en résistance après avoir été recruté par son instituteur, Lucien Loubradou. Membre de la 12e compagnie de l’Armée secrète, à Moissac (Tarn-et-Garonne), il est finalement arrêté en 1943 et déporté dans le camp de concentration de Buchenwald. Il livre ici un témoigne unique et saisissant sur ses années au coeur du système concentrationnaire nazi.
Gaullisme et antigaullisme
Adrien Alary, itinéraire d’un radical-soci Né le 9 novembre 1897 à Ginals (Tarn-et-Garonne), décédé le 8 septembre 1982 à Castelsarrasin ; agent d’assurances. Militant et conseil municipal radical-socialiste à Castelsarrasin de 1929 à 1941, puis (...)
Abonnez-vous !

Pour ne rater aucun de nos n°, abonnez-vous ! Seulement 20 € pour une année complète d’Arkheia